Écran solaire chimique vs. minéral 

 

 

 

Il a été démontré que l'utilisation régulière et appropriée d'écrans solaires protège contre les effets néfastes de l'exposition au soleil tels que le cancer de la peau, le photovieillissement (vieillissement cutané dû à la surexposition au soleil) et d'autres problèmes de santé [1,2]. Deux types de filtres solaires sont disponibles sur le marché : chimique et minéral (également appelé «physique»).

Écrans solaires chimiques

 

Les filtres solaires chimiques utilisent des ingrédients chimiques actifs (filtres) qui pénètrent la peau et absorbent les rayons ultraviolets (UV). L'énergie qui en résulte est ensuite dissipée en chaleur qui est libérée par la peau [1]. Les écrans solaires chimiques sont couramment utilisés par les consommateurs car ils sont esthétiquement attrayants et s’étendent facilement. La plupart des filtres chimiques offrent une protection sur un spectre UV limité (souvent classé comme filtres UVAI [340-400 nm], UVAII [320-340 nm] ou UVB [290-320 nm]). Ces filtres doivent généralement être combinés dans un écran solaire pour assurer une protection à large spectre contre à la fois les rayons UVA et UVB.

 

Certains filtres chimiques sont considérés comme photo-instables et se décomposent graduellement lorsqu'ils sont exposés aux rayons UV. Cette instabilité photochimique conduit à la formation de sous-produits réactifs (radicaux libres) et à une diminution de la protection solaire, notamment dans le spectre UVA. Quelques filtres, comme l'avobenzone, présentent une instabilité photochimique plus élevée que d'autres [3]. Pour stabiliser les agents photoréactifs, la plupart des écrans solaires chimiques utilisent différents filtres conjointement. Dans tous les cas, la stabilité d'un produit est difficile à prévoir car elle dépend également de nombreux autres facteurs de formulation [4]. Il est donc important de réappliquer régulièrement un écran solaire pour protéger adéquatement la peau contre les rayons UV. 

Il est important de réappliquer régulièrement un écran solaire pour protéger adéquatement la peau contre les rayons UV.

Plusieurs filtres chimiques ont également un potentiel allergénique documenté [2]. Par exemple, l'oxybenzone, l'avobenzone ou l'octinoxate couramment utilisés peuvent déclencher une irritation ou des réactions allergiques. Cependant, en tenant compte de la population exposée à ces filtres, le taux reste tout de même relativement faible [1]. 

Des inquiétudes ont également été soulevées concernant l'absorption systémique des filtres chimiques (oxybenzone, homosalate, octinoxate, ...) et leur potentiel à agir comme perturbateurs hormonaux chez l'animal et in vitro (laboratoire) [2,5-10]. Bien que davantage de recherche doit-être effectuée dans ce domaine, les données actuellement disponibles ne démontrent pas de perturbation endocrinienne significative chez l'homme lors d’une application topique [2]. Plusieurs experts s'entendent cependant que les enfants peuvent être plus touchés que les adultes par certains agents. Les enfants n'éliminent pas les actifs aussi bien que les adultes et pourraient être plus sensibles à de faibles variations hormonales [8].

Écran solaire minéral (physique)

Les écrans solaires minéraux utilisent des filtres UV à base de minéraux d'oxyde de zinc et / ou de dioxyde de titane. Les écrans solaires physiques plus anciens utilisaient de grosses particules minérales laissant un fini blanc sur la peau, ce qui les rendait peu attrayants pour les consommateurs. Il existe maintenant des écrans solaires physiques plus perfectionnés qui ont une consistance plus fine, sont agréables à utiliser, offrent une meilleure protection et ont un fini transparent. Les nouveaux filtres solaires physiques sont formulés avec des minéraux micronisés (plus petits, <200 um) et fonctionnent principalement en absorbant la lumière [1,11, 12] mais aussi en diffusant les rayons UV [1].

Le dioxyde de titane est efficace pour filtrer principalement les rayons UVB et certains rayons UVA (la protection UVA diminue avec la taille des particules). L'oxyde de zinc offre une protection sur tout le spectre UVB et UVA pour toutes les tailles de particules [2]. Les études scientifiques ont montré que l'oxyde de zinc et le dioxyde de titane micronisés ne pénètrent pas dans les barrières cutanées et filtrent les rayons UV en restant au niveau des couches supérieures de la peau [2,13,14].  

 

Le dioxyde de titane dans une mesure beaucoup plus grande que l'oxyde de zinc a le potentiel d'être photoréactif et de générer des radicaux libres. Dans les filtres solaires, le dioxyde de titane est donc généralement encapsulé d'oxyde d'aluminium ou de silice pour diminuer sa photoréactivité (qui reste toujours supérieure à celle de l'oxyde de zinc) [15,16]. Cependant, pour affecter les tissus vivants, le dioxyde de titane doit pénétrer dans la peau, ce qui n’est pas le cas avec les filtres physiques.  

 

Les écrans solaires physiques ont également un taux plus faible de réactions photoallergiques [2] et il a même été démontré que l'oxyde de zinc réduit l'irritation cutanée et les rougeurs [17].

Pourquoi utiliser un écran solaire à base d'oxyde de zinc? 

Chez THOYA, nous utilisons que des minéraux d’oxyde de zinc dans nos filtres solaires. L'oxyde de zinc est un ingrédient actif sécuritaire ne pénètrant pas dans les barrières cutanées. Il est un actif minéral d'origine naturelle approuvé par Santé Canada qui protège efficacement contre les rayons UVA et UVB [16]. L'oxyde de zinc est un protecteur de la peau / anti-irritant qui laisse un fini sur la peau beaucoup plus transparent que le dioxyde de titane (pour la même taille de particule) puisque son indice de réfraction est plus petit.

 

Les écrans solaires minéraux à base d'oxyde de zinc sont recommandés pour tous les types de peau, incluant les peaux hypersensibles et les enfants de 6 mois et plus.

 

Elizabeth Hartinger, Ph.D., M.Sc.A., B.Ing.

RÉFÉRENCES :

[1] Mancuso JB, Maruthi R, Wang SQ, Lim HW. Sunscreens: An Update. Am J Clin Dermatol. 2017 Oct;18(5):643-650.

[2] Burnett ME, Wang SQ. Current Sunscreen Controversies: A Critical Review. Photodermatol Photoimmunol Photomed. 2011 Apr; 27(2):58-67.

[3] González-Arjona D , López-Pérez G , Dominguez MM , Cuesta Van Looken S. Study of Sunscreen Lotions, a Modular Chemistry Project. J of Lab Chem Ed.

2015; 3(3): 44-52.

[4] Gonzalez H, Tarras-Wahlberg N, Strömdahl B, Juzeniene A, Moan J, Larkö O, Rosén A, Wennberg AM. Photostability of Commercial Sunscreens Upon Sun Exposure and Irradiation by Ultraviolet Lamps. BMC Dermatol. 2007 Feb 26;7:1.

[5] Schlumpf M, Cotton B, Conscience M, Haller V, Steinmann B, Lichtensteiger W. In Vitro and In Vivo Estrogenicity of UV Screens. Environ Health Perspect. 2001;109(3):239-244.

 

[6] Wang SQ, Burnett ME, Lim HW. Safety of Oxybenzone: Putting Numbers into Perspective. Arch Dermatol. 2011 Jul;147(7):865-6. doi: 10.1001/archdermatol.2011.173.

[7] Wang J1, Pan L, Wu S, Lu L, Xu Y, Zhu Y, Guo M, Zhuang S. Recent Advances on Endocrine Disrupting Effects of UV Filters. Int J Environ Res Public Health. 2016 Aug 3;13(8).

[8] Janjua NR, Mogensen B, Andersson AM, Petersen JH, Henriksen M, Skakkebaek NE, Wulf HC. Systemic Absorption of the Sunscreens Benzophenone-3, Octyl-Methoxycinnamate, and 3-(4-Methyl-Benzylidene) Camphor After Whole-body topical application and reproductive hormone levels in humans. J Invest Dermatol. 2004 Jul;123(1):57-61.

[9] Janjua NR, Kongshoj B, Andersson AM, Wulf HC. Sunscreen in Human Plasma and Urine After Repeated Whole-Body Topical Application. J Eur Acad Dermatol Venereol. 2008 Apr;22(4):456-61.

[10] Sarveiya V1, Risk S, Benson HA. Liquid Chromatographic Assay for Common Sunscreen Agents: Application to In Vivo Assessment of Skin Penetration and Systemic Absorption in Human Volunteers. J Chromatogr B Analyt Technol Biomed Life Sci. 2004 Apr 25;803(2):225-31.

[11] Cole C, Shyr T, Ou-Yang H. Metal Oxide Sunscreens Protect Skin by Absorption, Not by Reflection or Scattering. Photodermatol Photoimmunol Photomed. 2016 Jan;32(1):5-10.

[12] Egerton TA, Tooley IR. UV Absorption and Scattering Properties of Inorganic‐Based Sunscreens. International Journal of Cosmetic Science. 2012;35(2): 117-122.

[13] Mavon A1, Miquel C, Lejeune O, Payre B, Moretto P. In Vitro Percutaneous Absorption and In Vivo Stratum Corneum Distribution of an Organic and a Mineral Sunscreen.

Skin Pharmacol Physiol. 2007;20(1):10-20.

[14] Cross SE, Innes B, Roberts MS, Tsuzuki T, Robertson TA, McCormick P. Human Skin Penetration of Sunscreen Nanoparticles: In Vitro Assessment of a Novel Micronized Zinc Oxide Formulation. Skin Pharmacol Physiol. 2007;20(3):148-54.

[15] Maier H, Schauberger G, Brunnhofer K, Hönigsmann H. Change of Ultraviolet Absorbance of Sunscreens by Exposure to Solar-Simulated Radiation. J Invest Dermatol. 2001 Aug;117(2):256-62.

[16] Mitchnick MA, Fairhurst D, Pinnell SR. Microfine Zinc Oxide (Z-Cote) as a Photostable UVA/UVB Sunblock Agent. J Am Acad Dermatol. 1999 Jan;40(1):85-90.

[17] Baldwin S1, Odio MR, Haines SL, O'Connor RJ, Englehart JS, Lane AT. Skin Benefits from Continuous Topical Administration of a Zinc Oxide/Petrolatum Formulation by a Novel Disposable Diaper. J Eur Acad Dermatol Venereol. 2001 Sep;15 Suppl 1:5-11.

Les informations contenues sur ce site Web ne sont pas destinées à substituer des conseils médicaux professionnels, elles sont uniquement fournies à des fins éducatives. Vous assumez l'entière responsabilité de la manière dont vous choisissez d'utiliser ces informations. Demandez toujours conseil à votre médecin pour toute question que vous pourriez avoir concernant un problème de santé ou un traitement.

  • Instagram - White Circle
  • Facebook - White Circle

© 2020 Sciencederm Inc. All Rights Reserved                                                                                                                                                                Privacy Policy               Terms of Use