Structures de la peau

La peau est l’un des plus importants organes du corps. Non seulement une peau en santé est un atout esthétique indéniable mais elle nous protège aussi des agressions externes tels les rayons UV, pollution, bactéries, virus et produits chimiques. Il est donc essentiel d'en prendre soin et de la garder en santé. La connaissance des structures de la peau demeure essentielle dans le choix judicieux de traitements préventifs ou thérapeutiques ciblant spécifiquement certaines structures cutanées. Mais contrairement à la croyance populaire, la peau demeure un organe complexe dont les structures sont peu connues.

La peau est constituée de trois couches principals [1] : l’épiderme, le derme et l'hypoderme.

 

 

L'épiderme

 

L’épiderme est la couche externe de la peau et est composée habituellement de quatre couches : la couche cornée (stratum corneum), la couche granuleuse (stratum granulosum), la couche des cellules à épines (stratum spinosum) et la couche basale (stratum basale).  Le stratum lucidum est une cinquième couche de l’épiderme qui se retrouve uniquement au niveau de la paume des mains et de la plante des pieds. Elle se situe entre le stratum corneum et le stratum granulosum.

 

Ces couches épidermiques sont constituées de quatre types de cellules : les kératinocytes, les mélanocytes, les cellules de Langerhans et les cellules de Merkel. Les kératinocytes composent la majorité des cellules de l’épiderme. Ces cellules produisent la kératine, une protéine qui permet d’imperméabiliser la peau et de la protéger des agressions externes. Les kératinocytes sont produits au niveau du stratum basale, la couche la plus profonde de l’épiderme, repoussant ainsi les kératinocytes plus matures vers les couches supérieures de l’épiderme où ils finissent par mourir. L'épiderme est donc régénérée toutes les quatre à six semaines.

Le stratum corneum qui est la couche supérieure de la peau est donc entièrement constitué de cellules kératinisées mortes. Cela offre à la peau une protection des agressions extérieures. Les mélanocytes représentent environ le quart des cellules de la couche basale. Ces cellules ont comme fonction de synthétiser la mélanine, un pigment déterminant la couleur de la peau et variant du jaune au brun-noir.

Ainsi, les individus ayant une peau moins pigmentée ont un plus grand risque d’insolation et de cancers cutanés. Lorsque la peau est exposée au soleil, la synthèse des pigments de mélanine est stimulée. Les pigments sont transférés aux kératynocytes où ils forment un bouclier protégeant l’ADN des rayons UV.

 

La couche épidermique contient également les cellules de Langerhans qui sont associées au système immunitaire. Ces cellules se concentrent principalement au niveau du stratum spinosum et en moins grand nombre au niveau du stratum granulosum.

Finalement, l’épiderme comprend quelques cellules de Merkel. Celles-ci ont un rôle de récepteurs sensoriels du toucher. Les cellules de Merkel se retrouvent à la jonction de la couche basale et du derme et sont liées à des terminaisons nerveuses sensitives.

Finalement, l’épiderme comprend quelques cellules de Merkel. Celles-ci ont un rôle de récepteurs sensoriels du toucher. Les cellules de Merkel se retrouvent à la jonction de la couche basale et du derme et sont liées à des terminaisons nerveuses sensitives [1].

L'épiderme se regénère toutes les quatres à six semaines.

Le derme

 

Le derme est constitué de deux régions : la zone papillaire et la zone réticulaire.

 

La zone papillaire représente la région supérieure du derme. Elle comprend un  tissu conjonctif lâche dont les fibres collagènes et élastiques sont orientées perpendiculairement à la surface de la peau. Cette région est très irrégulière et donne à la surface du derme un relief bosselé.

 

La zone réticulaire constitue environ quatre cinquième du volume dermique. Cette région est composée d’un tissu conjonctif dense qui contient des fibres collagènes et élastiques orientées parallèlement à la surface de la peau. Avec l'âge, les fibres collagènes et élastiques se dégradent ce qui génère une perte d'élasticité de la peau et engendre des rides.

Le derme comprend également de nombreuses terminaisons nerveuses et une population cellulaire constituée principalement de fibroblastes et de cellules associées au système immunitaire. Le derme comprend aussi les glandes sébacées et les glandes sudoripares, qui sécrètent respectivement le sébum et la sueur. La vascularisation du derme est importante car elle alimente également l’épiderme en nutriments par diffusion. Les vaisseaux sanguins sont divisés en deux réseaux : les plexus vasculaires superficiel et profond. Sous le derme se situe l’hypoderme qui est un tissu adipeux reliant la peau aux organes sous-jacents.

Elizabeth Hartinger, Ph.D., M.Sc.A., B.Ing.

RÉFERENCE :

[1] McKee PH,‎ Calonje JE,‎ Granter SR (2005). Pathology of the Skin with Clinical Correlations, 3rd edition. London, UK: Elsevier Mosby.

Les informations contenues sur ce site Web ne sont pas destinées à substituer des conseils médicaux professionnels, elles sont uniquement fournies à des fins éducatives. Vous assumez l'entière responsabilité de la manière dont vous choisissez d'utiliser ces informations. Demandez toujours conseil à votre médecin pour toute question que vous pourriez avoir concernant un problème de santé ou un traitement.

  • Instagram - White Circle
  • Facebook - White Circle

© 2020 Sciencederm Inc. All Rights Reserved                                                                                                                                                                Privacy Policy               Terms of Use